2022 se pointe tout de même le bout du nez





Oui, je sais. C’est le chaos, là, dehors.

Dans les hôpitaux. Au CHSLD. À l’école de tes petits. Tous les télétravailleurs de ton travail. Dans les commerces. Au restaurant. Pour ton plus vieux au Cegep. Pour ton enfant du milieu au hockey. Dans les organismes communautaires. Pour ton ami entrepreneur.

Oui, je sais. C’est le chaos, là, dehors.


Mais, tu sais quoi?

2022 se pointe tout de même le bout du nez.

Il arrive à grands pas.

On ne sait trop encore.

Le virus mutera encore combien de fois. Combien de doses de vaccin seront nécessaires pour un combat ultime. Durant combien de mois, d’années, nous porterons encore le masque. Grand-maman pourra-t-elle encore recevoir de la visite au CHSLD. Sera-t-elle encore ta grand-maman l’an prochain. Le réseau de la santé tiendra encore combien de mois ainsi affaibli.

On ne sait trop encore.

Il arrive à grands pas.

2022 se pointe tout de même le bout du nez.


Mais on en sait des choses.

Le début d’une nouvelle année est toujours un bon moment pour se les rappeler…

On sait que tu as besoin d’amour. Beaucoup d’amour. Toutes sortes d’amour.

De bienveillance. De tolérance. D’ouverture. De douceur.

On sait que la vie peut être difficile. À divers niveaux. Diverses circonstances. Peut-être est-ce un mois plus difficile, une année, une décennie. Tsé, parfois, la vie.

On sait que la vie en société n’est peut-être pas toujours simple et apporte son lot de défis. Entrer dans une petite case pré-définie. Se conformer. S’identifier. Tsé, parfois, la vie.

On sait, donc, que tu as besoin d’amour. Beaucoup d’amour. Toutes sortes d’amour.

Que le début d’une nouvelle année est toujours un bon moment pour se les rappeler…

Tsé, on en sait des choses.


C’est pourquoi 2022 est là. À quelques heures. Pas très loin. Il nous chatouille l’épiderme. Un chatouillement entre agacer ou apprécier. On ne sait trop. On craint. On appréhende.

Pour t’aider à apprécier ce moment qui se rapproche, j’aimerais te rappeler:


Que c’est un grand privilège si tu as la chance de voir le bout du museau de 2022. En tant qu’humain, tes cellules ont fait leur boulot, tes organes ont orchestré le maintien en vie, ton corps t’accompagne respectueusement quotidiennement et te conduit vers une nouvelle année.

Tsé, la base de la vie humaine.

La base qui te permet d’être qui tu es, qui tu as envie d’être, qui tu as envie d’incarner, les valeurs que t’as envie de répandre autour.

Tout ça t’appartient.

On l’oublie, parfois…

Souvent…

Une nouvelle année te permet de faire le point.

De faire un bilan.

De regarder derrière.

Apprécier ou détester. D’en être nostalgique ou heureux(euse). Déterminé(e) ou ennuyé(e).

On prend un moment.

Ensuite, tout est possible. Tsé, on se rappelle que rien n’est impossible.

C’est là que j’ai envie de te souhaiter de l’amour. Beaucoup d’amour.

Envers toi. En premier. Toi avec toi-même. Tu le mérites. Et ceci fera des miracles pour savoir comment aimer les autres, les aimer bien…

Tu apprécies, acceptes, affectionnes les humains autour de toi. Tu es bienveillant(e), tolérant(e), ouvert(e), doux(ce), respectueux(euse).

Tsé, dans ma tête, la vie sur terre devient merveilleuse.


Oui, je sais, c’est le chaos, là, dehors.

Mais serres fort dans tes bras, la personne qui partage intimement ta vie. Ton fiston qui court partout. Ton bébé qui dort paisiblement au creux de tes bras. Ton chien qui rentre d’une course à l’extérieur. Ton chat qui dort sur le bord de la fenêtre. Ta plante qui grandit aux premiers rayons du matin. (Ok, serre-la pas trop fort, elle, parce que tu peux l’abîmer.)

Pis serres-toi donc fort. Pour vrai. Permets-toi de t’aimer, de grandir comme humain. Promets-toi d’être la meilleure version de toi-même pour la prochaine année.

Va jouer dehors comme lorsque tu avais tes mitaines dépareillées et ta morve au nez. Va prendre une grande marche, respirer l’air frais. Ouvre un livre, intéresses-toi. Savoure un breuvage chaud et laisse la crème fouettée te faire une belle moustache. Prends un bain chaud et jures-toi de n’en sortir que lorsque ta peau fripée te rappellera le nouveau chat Sphynx de ta voisine.

Promets-toi et promets-moi de vivre comme s’il n’y avait pas de lendemain. Tu le mérites. Chaque jour.

Oui, je sais, c’est le chaos, là, dehors.

2022 se pointe tout de même le bout du nez.

Il arrive à grands pas.

Et toi seul(e), acteur(trice) principal(e), a le pouvoir de l’écrire, le dessiner, l’incarner, le vivre…


Nathalie Dubeau-Racine

62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout