Bravo, c'est ta fête!



Chaque année, 12 mois supplémentaires se sont écoulés depuis notre naissance officielle. Certains fêtent leurs anniversaires avec enthousiasme, d’autres tombent dans l’oubli, d’aucuns frémissent à l’idée de vieillir et se nourrissent de déni… Bref, tellement de modèles résultant d’une coutume établie. Et toi, ta fête?


Personnellement, cette habitude vient de me happer à nouveau. La trentaine et des poussières. Que dis-je, quelques cailloux. Ouin, non, la trentaine et quelques roches. 12 mois supplémentaires qui s’écoulent pour me rappeler qu’il est plus que temps, je suppose, d’être enfin une adulte…


Souligner un anniversaire m’a toujours laissé perplexe, une horde de questions. Pourquoi ? Depuis quand ? Qui en a décidé ainsi ? Pourquoi 12 mois ? Quelle est la réelle signification ou utilité ? Je sais, je me tape sur les nerfs moi-même… Ce qui me désole un peu de l’humain, c’est que nous sommes tellement une petite bête qui suit le troupeau, qui n’ose pas bifurquer à droite si tout le monde va à gauche. On se questionne, mais pas trop ni trop longtemps. On finit par entrer et suivre la parade en attendant qu’un semblable lève la main et ose questionner, remettre en question.


Donc, en fait, on t’applaudit pour tes douze mois supplémentaires. Un nouveau chiffre, une nouvelle décennie, un âge vénérable, un nombre emplit de sagesse. Moi, j’ai toujours l’impression qu’on te félicite d’une année supplémentaire sur terre. « Bravo, tu es encore là ! Round supplémentaire !» Tu es encore bien vivant et tu avances à l’aveugle sur cette planète empruntée. Parce qu’on ne se le cachera pas, tu as beau avoir toute l’intelligence et toutes les connaissances surdimensionnées, tu ne sais jamais quelle année sera ta grande finale. La sélection naturelle bat son plein, tu es une espèce parmi tant d’autres qui tente de s’adapter et survivre à un environnement hostile et imprévisible.


Oui, ce raisonnement peut sembler péjoratif, beaucoup trop rationnel et cafardeux, mais en fait, non… Ce raisonnement te donne tout simplement l’obligation de vivre. De vivre chaque moment comme si demain n’existait pas. De respirer à pleins poumons. D’être reconnaissant et ensevelit de gratitude. D’être toi-même, de faire une différence, de laisser ton empreinte, de répandre tes millions de couleurs aux alentours, et ce, à chaque nouveau jour de ces 365 jours supplémentaires. C’est ce qu’une nouvelle année devrait représenter. Quelle trace cette dernière année a tatoué l’humain que tu es ?


Oui, il y aura encore des cadeaux, des gâteaux démesurés, de l’alcool, des amis et de la famille, mais je te souhaite que ce minuscule 24hres répétitif au sein de toute une vie soit plutôt célébré fièrement et savouré chaque jour, chaque heure avec bienveillance.


« Joyeux anniversaire », donc ! Ou : « Bravo, tu es encore parmi nous ! »


Nathalie Dubeau-Racine

57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout