Les troubles d'apprentissage


C’est quoi?

Les troubles d’apprentissage, selon moi, peu de personnes incluant moi-même, en connaissent long sur le sujet. C’est pourquoi j’ai décidé de me lancer dans ce projet.

L’expression "trouble d’apprentissage" engloberait l’ensemble des dysfonctionnements d’origine neurologique qui fait varier de façon très spécifique certaines capacités cognitives au niveau de l’apprentissage, plus précisément la lecture, l’écriture et les mathématiques. Bon, pas de panique, je vais vous expliquer un peu plus précisément ce que tout cela signifie. Avant tout, je veux spécifier que les troubles d’apprentissage n’ont aucun lien avec l’intelligence. Bon là on peut commencer.

Pour débuter, d’où viennent les troubles d’apprentissage? Plusieurs recherches actuelles supposent que les troubles d’apprentissage seraient causés par des perturbations cérébrales qui surviennent pendant la grossesse ou pendant les premières étapes du développement. Certains évènements viennent modifier notre développement et la façon dont les neurones se forment ou se relient. Ces différents phénomènes peuvent être: la consommation d’alcool durant la grossesse, la souffrance fœtale et le plus souvent, l’hérédité. Il y a les troubles précoces qui concernent l’apprentissage des gestes, du langage. Ce sont des étapes qui sont généralement très importantes dans le développement de l’enfant. On peut voir les premiers signes dès un très jeune âge chez les enfants, généralement la petite enfance.

Ensuite, il y a les troubles scolaires, ils apparaissent durant la scolarité en se traduisant par des difficultés en français, en maths, etc. Il faut savoir que peu importe ce que l'on fait, les troubles d’apprentissage vont toujours demeurer. C’est permanent, il n’existe aucun remède miracle, sauf peut-être l’utilisation d’outils et de trucs pour travailler et nous aider à apprendre. Par exemple, une personne ayant des troubles en lecture peut se trouver des trucs pour l’aider, mais à chaque fois qu’elle va vouloir passer à l’étape supérieure cela sera toujours plus difficile. Elle va toujours devoir trouver de nouveaux trucs pour s’adapter. Est-ce qu’adaptation serait un mot à retenir? Pour moi, oui, car je crois que le fait d’avoir un trouble d’apprentissage vient avec une adaptation constante aux nouveaux défis. Il faut noter que les troubles d’apprentissage et les difficultés d’apprentissage sont deux choses bien différentes.

Premièrement, une difficulté comparativement à un trouble n’est pas permanente. Elle peut être réglée avec le temps. Deuxièmement, les difficultés peuvent s’expliquer par plusieurs facteurs. Par exemple, cela peut être sur le plan affectif, pédagogique ou cognitif. Tandis que le trouble ne peut s’explique par ce genre de facteur. Ils sont plutôt d’origine neurologique comme je l’ai expliqué plus haut.

Les dys

Dys est un préfixe qui signifie difficulté. En effet, plusieurs troubles d’apprentissage commencent par ce préfixe comme par exemple, la dyslexie, la dyspraxie, la dyscalculie, etc. Tous ces troubles apportent chacun leur lot de difficulté. Dans cette section, je vais vous expliquer chacun d’entre eux avec plus de détails pour que vous puissiez mieux comprendre et les différencier plus facilement.

La dyslexie

La dyslexie est une difficulté d’apprentissage de la lecture. Le cerveau peut avoir du mal à percevoir les sons qui sont présents dans le mot, ce qui veut dire qu’il va souvent les mélanger. Elle touche principalement la lecture. Les gens qui ont ce trouble peuvent parfois mélanger les lettres en lisant. Ils pourraient par exemple, lire aime au lieu d’ami. Une personne dyslexique va prendre beaucoup plus de temps que les autres pour lire, car les mots sont plus difficiles à décoder. Elle peut aussi avoir du mal en orthographe, car comme j’ai dit, elle mélange les sons et a de la difficulté à les reconnaitre. De là le fameux bd pq. Les mots comme oignon ou orchestre peuvent être très durs à écrire aussi.

Je vais vous expliquer quelle section du cerveau est différente par rapport aux autres dans le cerveau d’une personne dyslexique. Il y a trois zones dans l’hémisphère gauche qui sont touchées. En fait, ce sont trois sections qui sont impliquées dans la lecture et dans son apprentissage. Donc, il y a la jonction occipito-temporale, la jonction pariéto-temporale et finalement le gyrus frontal intérieur. Ce qui se passe, c'est que ces parties du cerveau ne se développent pas correctement, ce qui va causer la dyslexie.


La dysorthographie

La dysorthographie touche principalement l’orthographe, on peut aussi le nommer trouble de l’acquisition de l’expression écrite. Elle perturbe la segmentation des composants de la phrase, la conversion phonographique, l’application des règles d’orthographe et finalement des difficultés avec l’orthographe grammaticale. Il faut savoir que la dyslexie et la dysorthographie ne sont pas la même chose, mais elles peuvent souvent être associées pour créer la dyslexie dysorthographie. Les difficultés qui en découlent sont une lenteur de travail, des difficultés à l’écrit comme des fautes d’orthographe, de conjugaison, des erreurs d’homophone (ce pour se, vert pour vers) etc. Les gens dysorthographiques peuvent avoir du mal à recopier des choses sans faire de faute.

La dyspraxie

La dyspraxie touche un peu moins les facultés intellectuelles. La dyspraxie est un trouble qui affecte le contrôle, la coordination et la planification des gestes moteurs. Ce qui fait en sorte qu’une séquence de geste serait beaucoup plus difficile à réaliser de façon harmonieuse et efficace. La dyspraxie rend les petites choses du quotidien comme s’habiller ou attacher ses chaussures plus complexes, car la coordination est affectée. Cela peut rendre l’apprentissage de certains sports ou activités, comme le vélo, beaucoup plus long et éprouvant. Bien sûr, la dyspraxie peut apporter des difficultés au niveau scolaire comme des productions écrites mal organisées, des difficultés au niveau de la calligraphie, ce qui rend l’écriture souvent difficile à lire. Elle apportera aussi des troubles en mathématique comme en géométrie ou dans l’apprentissage des algorithmes.

La dyscalculie 

La dyscalculie est un trouble spécifique d'apprentissage des mathématiques. La dyscalculie serait causée par un dysfonctionnement du cortex pariétal, car c’est cet endroit qui régit le côté plus numérique. Ces personnes vont avoir des lacunes avec les chiffres en général, que ce soit pour les utiliser et les comprendre. Les gens « dyscalculiques » vont avoir beaucoup de difficultés avec le sens du nombre ainsi que le traitement de l’information numérique. Les symptômes qui permettent de l'identifier ainsi que les désagréments qu’elle apporte sont: des erreurs pendant le dénombrement, difficulté à compter (ils vont souvent compter sur leurs doigts), des erreurs et une lenteur de calcul, etc. On peut aussi voir des erreurs comme 34 au lieu de 43.

La dysphasie

La dysphasie est un trouble du neuro-développement du langage. Cela affecte la compréhension et l’expression orale. La dysphasie affecte plusieurs aspects de la vie, car les personnes qui ont ce trouble ont du mal à s’exprimer et à comprendre ce qu’on veut leur dire, ce qui peut rendre l’éducation plus complexe. Les deux choses affectées par la dysphasie sont le comprendre et le parler oral. Au niveau du comprendre, on peut avoir des difficultés comme: incompréhension de tous les mots question (où, quand, comment, pourquoi). Ils vont souvent prendre les choses au pied de la lettre, sans aucune nuance. Les longues phrases complexes seront très difficiles à comprendre. Ensuite, au niveau du parler: difficulté à trouver le mot exact, utilisation de beaucoup de mots comme truc, chose, genre, difficulté à formuler ces idées pour parler. Souvent, les discours seront remplis de pause et d’hésitation.

TDAH

Le TDAH est un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité. On peut aussi le voir sans hyperactivité. Il touche particulièrement l’attention et l’hyperactivité motrice, mais peut impacter plusieurs sphères de la vie. Par exemple, la vie scolaire et quotidienne, le social, la famille, etc. Les gens avec un TDAH vont avoir du mal à concentrer leur attention sur une chose, ils vont être sensibles à tous les stimuli et distractions autour d’eux. On parle aussi de difficultés avec l’organisation et la tendance à perdre et oublier des choses. Si l’on ajoute à cela le H (hyperactivité), les personnes touchées vont avoir du mal à contrôler leur action, leur mouvement et ce seront souvent des gens très impulsifs. Il faut dire que le TDAH est l’un des seuls troubles d'apprentissage qui peut être traités avec médication.

Les pistes de solution

Bien sûr, il n’existe pas de solution miracle pour les troubles d'apprentissage. En fait, on peut dire que ce fameux remède se trouve dans les efforts ainsi que dans les petits trucs qu’on se donne au quotidien pour apprendre plus facilement. Je vais vous énumérer quelques pistes de solution ou trucs pouvant aider une personne aux prises avec un trouble d'apprentissage:

  • Utilisation d’un ordinateur portable pour les fautes d’orthographe et/ou la lecture, avec logiciel;

  • La pratique, bien évidemment. Par exemple, pour une personne dyspraxique, la pratique des gestes quotidiens peut aider;

  • Consultation d'orthophonistes ou d'orthopédagogues;

  • Utilisation de tables de multiplication durant les examens;

  • Temps supplémentaire;

  • Bon encadrement scolaire.

Bien sûr, tous ces trucs peuvent être ajoutés au plan d'intervention et visent à nous aider à mieux performer. 

Mon expérience personnelle

Moi, je suis dyslexique et dysorthographique. Car oui, pourquoi avoir un seul trouble quand on peut en avoir deux! Mes difficultés sont au niveau de l'orthographe. Je mélange les lettres et parfois j’ai du mal à écrire certains mots avec des sons qui sont, pour moi, bizarres et compliqués. J’ai aussi beaucoup de mal à identifier les fautes dans un texte. Malgré que j’aime la lecture, j’ai aussi beaucoup de difficulté. Je lis parfois le mauvais mot et ça me prend beaucoup de temps. J’ai été diagnostiqué au primaire. Disons qu’ils m'ont toujours dit que j’avais quelque chose de différent, mais personne ne voulait vraiment dire quoi. Alors, ma mère m'a fait évaluer et c'est là que nous avons su pour de bon pourquoi j’avais des difficultés à l’école. Donc, j’ai commencé à utiliser un ordinateur pour la rédaction de mes textes et j’avais toujours un peu plus de temps pour compléter mes travaux et examens. Au début, je le vivais bien, je n’avais pas trop de problèmes avec ça. Je ne sentais pas une pression. Mais plus je grandissais, plus je commençais à vivre un stress par rapport à ça. On peut dire que mes fautes étaient devenues en quelque sorte un complexe. Je ne voulais plus passer mes notes ou écrire dans des groupes avec plusieurs personnes. Je ne voulais pas que les autres voient les fautes que je faisais. Car pour certains, les mots sont si simples à écrire et les homophones si faciles à employer. Mais pour mon cerveau ça ne l’est pas! J’ai toujours dit qu’Antidote faisait le travail que mon cerveau ne faisait pas. Parce que c’est vrai, il faut le dire, faire des fautes peut être mal vu aujourd’hui. Encore de nos jours, il y a beaucoup de préjugés sur les gens qui font des fautes ou ont des difficultés autres. Mais, parfois, quelque chose se cache derrière cela. Il faut arrêter de juger sans comprendre. C’est un peu pour ça que je voulais rédiger ce texte. Je voulais que les gens puissent un peu mieux comprendre la réalité et les difficultés qu’on peut rencontrer en ayant un trouble d'apprentissage.  


Par Éloïse Cormier

54 vues0 commentaire